UDS-R Jour 3

1. Matinée
Cette 3e matinée fut assez variée. Cela a commencé par un état des lieux de la suppression de python2 sur l’ISO. C’est en bonne voie, même s’il reste pas mal de travail en cours. Plus d’information sur http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21126/foundations-r-python-versions/
Ensuite, la session classique sur la version du kernel qui sera utilisée. Ce sera très probablement la version 3.8. Plus de détail sur http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21279/hardware-r-kernel-version-and-flavors/
Ensuite, une session a été organisée pour mettre à jour les composants GNOME, utilisés par Ubuntu, qui font partie de la session « fallback » de GNOME, et qui va disparaître dans un avenir proche. Cela a consisté principalement à lister les éléments qu’il faudra migrer, réécrire, ou adapter. Plus d’infos sur http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21364/desktop-r-gnome-fallback/
Enfin, la matinée s’est terminée sur une session sur le support des paramètres des proxy. Normalement, ce qui est géré actuellement dans gnome-control-center sera migré vers network-manager. Pour le reste, des travaux sont prévus pour améliorer l’intégration de ces paramètres à toutes les applications. Plus d’information sur http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21374/desktop-r-proxy-support/

2. Plénières
Il y a eu 2 parties dans les plénières de l’après-midi. D’abord, toutes les flavors ont eu 6-7 minutes chacune pour faire une présentation. J’en ai profité pour présenter les améliorations de la 12.10 de Lubuntu (icones & artwork, Iso disponibles …) et quelques pistes pour la 13.04 (amélioration continue de l’apparence visuelle, + de tests, et la possibilité d’installer Lubuntu sur Nexus7). C’est agréable de voir que les flavors sont maintenant mieux considérées (mais c’était déjà le cas au dernier UDS).
La 2e plénière était sur le site errors.ubuntu.com, qui recense les crashs et leur fréquence d’apparition. Le but est de pouvoir l’étendre à d’autres erreurs que les crashs. C’est une source d’information intéressante à avoir sous la main quand on maintient des paquets sur Ubuntu.
Nous avons ensuite eu la traditionnelle photo de groupe.

3. Après-midi
L’après midi fut surtout marquée par la session de questions & réponses sur le support du Nexus7. Pas mal d’information, en vrac : pas de support du dual-boot en vue, les paquets utilisés seront disponibles dans l’archive Ubuntu officielle quand ce sera stabilisé, non testé sur le modèle 32 Go (cela « peut » marcher, dixit les devs), pas de support prévu pour le modèle 10″, pas de plan pour faire marcher les applications Android. Plus d’information sur http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21568/nexus7-qa/ Cependant, il ne faut pas encore s’attendre à un système complètement opérationnel. C’est encore en développement, même si cela marche (enfin l’installation ;-))
Le reste de l’après-midi se résume à une session annulée, et une autre très technique sur le bootloader sur PowerPC (http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21075/foundations-r-powerpc-bootloaders/).

Déjà mercredi soir, plus qu’une journée, qui s’annonce studieuse.

Publicités

UDS-R Jour 2

1. Matinée

Cette 2e matinée a été plus orientée « Desktop ». Cela a commencé par une session sur Upstart et son extension à la session utilisateur. Pour faire simple, il s’agit d’apprendre à Upstart (le gestionnaire de processus d’Ubuntu, remplaçant Init) à faire plein de choses intelligentes, comme démarrer des services seulement quand on en a besoin (bluetooth quand un appareil est connecté, update-manager quand des mises à jour sont disponibles …). L’intérêt est de supprimer les programmes lancés en arrière plan qui effectuent ce monitoring (update-notifier par exemple), qui prennent de la mémoire pour rien. C’est une bonne nouvelle, que je nuancerais par le fait que cette idée est dans l’air depuis au moins 3 ou 4 versions (remplacement de update-notifier), donc à voir … Plus d’infos sur http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21391/foundations-r-upstart-user-session-enhancements/

Ensuite, il y a une session sur la connectivité (http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21360/desktop-r-connectivity-checking/), avec notamment la gestion des portails captifs (Wifi qui semble non sécurisé, et qui nécessite une authentification sur une page web). On a aussi parler du remplacement de language-selector par l’utilitaire de Gnome pour gérer la prise en charge des langues. Il semble que pour ce cycle, cela va se faire. Heureusement, language-selector ne devrait pas disparaître, car les flavors non-GNOME et non-KDE s’en servent encore pour gérer cette problématique. Plus d’infos sur http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21529/desktop-q-deprecate-language-selector/

Après une autre session sur l’utilisation de l’iso-tracker pour faciliter l’organisation des sorties (http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21353/foundations-r-release-manifest-streamlining/), ce fut une session sur les plans de Xubuntu pour la version 13.04. Pas de migration prévue sur xfce 4.12 (sauf cas particulier), la gestion de l’affichage devrait toutefois’être améliorée. L’intégration de MenuLibre, pour remplacer Alacarte sera également testé, en collaboration avec l’équipe Lubuntu qui est toujours à la recherche d’un éditeur de menu. Plus d’infos sur http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21410/community-r-xubuntu-planning/

2. Plénières

Les plénières du jour étaient consacrées à Ubuntu en entreprises, avec un point sur le déploiement d’Ubuntu dans les entreprises et chez les manufacturiers informatiques, et une démo sur la connexion à distance directement par l’écran d’accueil (lightdm). Le constat est plutôt positif, les constructeurs certifient de plus en plus de machines, et les déploiements en entreprise commencent à être significatifs. Avec l’arrivée de Steam et autres éditeurs de jeux, la présentation laisse penser qu’Ubuntu n’est pas loin d’atteindre la taille critique pour peser sur les constructeurs pour qu’ils rendent leurs matériels compatibles avec Ubuntu. Il faudra voir dans le futur …

La deuxième présentation a été faites par HP, pour présenter leur projet de réduction de la consommation électrique de leurs serveurs.

3. Après-midi

L’après midi a aussi été orienté « Desktop », mais un peu plus polémique. Cela a commencé par la session habituelle sur la version de GNOME qui sera utilisée pour la 13.04. Il a été proposé, non pas de suivre le développement de GNOME, en incluant la dernière version (3.7/3.8), mais de rester sur la version actuelle de la 12.10 (3.6). A part GLib, dconf, et g-i, c’est cette politique de stabilité qui a été choisie. Même Gtk risque ne pas être mis à jour. C’est un changement important par rapport aux autres cycles, car jamais (si ma mémoire est bonne), une telle politique de gel n’a été décidé (hors LTS, et hors les 1e versions de GNOME 3). Cela démontre à mon avis plusieurs éléments :

* La relation Ubuntu – GNOME n’est pas au mieux. La remontée des problèmes ne passe pas bien, car si c’était le cas, les développeurs Ubuntu ne devraient pas avoir peur d’une version de développement.

* Les composants d’Ubuntu sont de moins en moins basés sur GNOME. En effet, l’un des arguments de cette décision est le temps passé à adapter le code spécifique d’Ubuntu aux changements de GNOME. S’il y avait peu de spécifique, le problème se poserait moins.

* Les versions de GNOME ne sont plus aussi fiables que lors de la série 2.X. A l’époque, je me souviens que faire une mise à jour entre 2 versions était très sûr. Tout le planning d’Ubuntu était (et est toujours) basé sur le planning de GNOME pour cette raison : 1 mois de décalage entre la sortie de GNOME et la sortie d’Ubuntu, c’était suffisant pour stabiliser et adapter la version stable de GNOME. Ce n’est clairement plus le cas.

C’est pour moi un changement majeur. A l’origine, le but d’Ubuntu était (grossièrement), de stabiliser une Debian Sid, avec la dernier version GNOME, et les dernières technologies libres. Quand on voit les discussions qu’il y a eu sur le passage à Debian testing (seulement pour les LTS, mais on a failli le faire pour les autres versions), et maintenant la version de GNOME, je ne peux m’empêcher de penser que les temps changent 🙂 A noter que cette décision a un impact direct sur la nouvelle flavor Ubuntu-Gnome. Je les vois mal utiliser une « vieille » version de GNOME dans leur distribution … Plus d’infos sur http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21388/desktop-r-gnome-plans-review/

La session suivante a été dans le même style, mais parlait spécifiquement de Nautilus (le gestionnaire de fichiers). La version 3.6 a été très mal accueillit par les développeurs Ubuntu, et le but de cet session était s’aplanir les problèmes et trouver la meilleur façon de s’en sortir. Pas vraiment de solution au final, même si la version 3.8 pourrait être meilleur. Affaire à suivre. Mais, il semble que les changements d’interface qu’à subit Nautilus (et qui posent problèmes) pourraient aussi arriver sur d’autres composants de GNOME. On a pas fini d’en parler … Plus d’infos sur http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21371/desktop-r-default-file-manager/

Enfin, la dernière session était sur la nouvelle façon de tester les ISOs sans passer pas les Alphas. Cela consiste à effectuer les tests toutes les 2 semaines, sur une semaine glissante. Plus d’infos sur http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21080/qa-r-testing-cadence/

UDS-R Jour 1

Étant à l’UDS cette semaine (merci Canonical pour le sponsoring !), je me suis dit que j’allais faire un petit résumé de mes journées de travail pour ceux qui n’ont pas la chance d’y être. Voici donc un petit résumé de cette première journée.
A noter que Winael a également commencé un post dessus (http://winael.blogspot.com/2012/10/resume-de-lubuntu-developer-summit-r.html). Les sessions couvertes semblent différentes, donc les 2 billets seront parfaitement complémentaires.

0. Participer à l’UDS
Il est toujours possible de participer à l’UDS sans être là en personne. Il suffit d’utiliser IRC, les blueprints, les stream audios et vidéos disponibles. Comme si vous y étiez ! Plus d’information sur http://uds.ubuntu.com/community/remote-participation/ (oui c’est en anglais, mais tout le contenu de l’UDS est en anglais, donc il faut s’y habituer si vous voulez participer …). Le programme est également disponible sur http://summit.ubuntu.com/uds-r/

1. Plénière avec Mark Shuttleworth
Vous trouverez un résumé sur le blog de Christophe qui est aussi présent à l’UDS : http://www.zdnet.fr/blogs/ubuntu-co/mark-shuttleworth-leve-le-voile-sur-la-future-orientation-de-ubuntu-1304-39784018.htm
Pour résumer, Mark a insisté sur le fait que le but est de mettre Ubuntu Desktop (cad, Unity) sur tous les supports : PC, tablettes, téléphones, TV … Il a d’ailleurs fait une démonstration d’Ubuntu sur téléphone. On parle ici du même Ubuntu Desktop sur tous les supports, et non d’une version optimisée pour chaque support (avec donc l’avantage de mutualiser la maintenance sur tous les supports à un seul endroit).
Il a de plus commenté l’arrivée d’Ubuntu sur Nexus 7, et que le but est de rendre utilisable Ubuntu Desktop sur cette tablette qui deviendra la tablette de référence.
Il a aussi annoncé que des PC HP avec Ubuntu installé par défaut serait vendus en Chine prochainement. Cela fait un autre constructeur important (après Dell, Asus (et un autre ?) qui utilisera Ubuntu comme système alternatif à Windows.
Enfin, il a confirmé l’arrivée de Steam sur Ubuntu, et donc l’arrivée de jeux grand public sur Ubuntu, probablement la fonctionnalité la plus demandée depuis la naissance d’Ubuntu.

2. Matinée : Planning et organisation des sorties
La première matinée a été très marquée par des sessions d’organisation des sorties, c’est à dire les gels (freezes), les notes de sorties (releases notes), les outils (générateur d’ISO, iso tracker), que cela soit pour Ubuntu mais aussi pour toutes ses « flavors » (Kubuntu, Edubuntu, Xubuntu, Lubuntu …). Plusieurs éléments structurants ont amené à organiser ces sessions :
1) Le poste de Release Manager n’est plus sponsorisé par Canonical, le point d’entrée unique en cas de discussions/problèmes concernant la sortie disparaît donc.
2) les chargements de paquets dans l’archive ne sont plus automatiques : tout changement est fait dans une zone tampon (Dans la section « proposed »), ce qui permet de tester son état avant de rendre le changement disponible à tous les utilisateurs.

Le 1) a un impact important sur les flavors, car le Release Manager était un lien important entre les flavors et les différentes autres équipes. Du coup (je ne sais pas si c’est une conséquence directe), il a été proposé que les flavors gagnent plus d’indépendance, en terme de planning, de gel, ou d’ISO générées (voir « Empowered flavors » http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21406/foundations-r-empowered-flavors/).

Le 2) a permis demettre sur la table la question des « gels », et des version de développements (Alphas). Le but depuis 2 versions est de rendre la version de développement toujours utilisable pendant tout le cycle de développement. L’utilisation de la zone tampon va dans ce sens. Donc, si la version de développement est toujours utilisable, pourquoi as-t-on besoin d’Alphas, vu que n’importe quelle Daily ISO (ISO générée chaque jour) peut-être installée ? De plus, aucun gel ne devrait être nécessaire avant chaque sortie (Alpha, Beta) vu que la zone tampon est utilisée.
En conclusion, il est fort probable que les Alphas en tant que telles disparaissent, et soient transformées en points d’étape mensuels : 1 daily ISO sera déclarée comme tel par mois (voir « Release schedules » http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21405/foundations-r-schedule/)

Enfin, une autre session sur les outils de la release team (iso-tracker, notes de sortie, réunion hebdomadaires …) a été organisée pour échanger sur ce qui a marché ou non.

3. Plénières de l’après-midi.
Après le repas, 1h de sessions plénières est organisée tous les jours. Aujourd’hui, les présentations portaient sur :
* le Design avec une présentation de quelques concepts par l’équipe Design
* Une présentation / annonce de Valve sur la disponibilité de Steam sur Ubuntu (et au passage, l’annonce que toutes les personnes présentes à l’UDS auront accès à la beta).
* La promotion des outils pour aider à publier ces applications dans Ubuntu (https://myapps.developer.ubuntu.com/dev/, le concours de création d’applications durant ce cycle …)
* Les tests et comment améliorer Ubuntu en intégrant des tests automatiques à ces paquets (autopkgtest, autopilot …)

4. Sessions de l’après-midi
L’après-midi a continué, avec une session sur la QA en générale, et les initiatives pour faire participer la communauté aux tests en général (https://blueprints.launchpad.net/ubuntu/+spec/qa-r-community).

Une autre session a amorcé le sujet épineux du SDK pour Ubuntu. Rien de concret pour l’instant, la session était juste là pour réunir des idées sur ce que devrait contenir ce SDK. C’est un sujet extrêmement louable (tout développeur qui débarque sur un nouvel environnement s’attends à trouver de la documentation et un SDK), mais il se heurte très vite à la diversité des distributions Linux en général, et d’Ubuntu en particulier. Car, qui dit SDK, dit standardisation, ce qui veut dire par exemple, un seul toolkit utilisé, un seul langage, une API unifiée … Dans un environnement ou cohabite des flavors comme Kubuntu (qui a un environnement de développement assez différent de Ubuntu / Unity), il est difficile de déclarer une telle standardisation. Mais ce projet ne fait que commencer, nous verrons comment il évolue dans les prochaines sorties (Voir http://summit.ubuntu.com/uds-r/meeting/21317/appdev-r-sdk-criteria/)

Enfin, la dernière session de la journée était sur Lubuntu, et les plans pour la version 13.04. Pour faire rapide, nous prévoyons, comme Ubuntu, de ne plus faire d’Alphas officielles, et d’utiliser les ISO générées chaque jour pour les tests. Nous garderons normalement les Alternate ISO. Des test spécifiques sont en cours d’écriture pour mieux tester Lubuntu. Enfin, il se pourrait qu’une nouvelle application voit le jour, permettant de petites configurations avec une interface graphique (Lubuntu tweaks), évitant d’éditer des fichiers de configuration comme celui d’Openbox pour activer ou désactiver des fonctionnalités comme le tiling, la maximisation par défaut des applications etc …

Voilà pour la première journée de travail. Mais la journée n’est pas finie, ce soir c’est la fête ! (voir « Evening programme » on http://uds.ubuntu.com/event/).